23 mai 2021

Accident ? Crime ? Suicide ?

Bon, je vous fais un rapide résumé de la situation : Marcel Priollet, bien que nombre d’entre vous ne le connaissent pas, fut un auteur majeur de la littérature populaire fasciculaire, adulé par les lecteurs, notamment pour ses séries dramatico-sentimentales mettant en scène de pauvres jeunes femmes malheureuses. Mais l’auteur, écrit également un nombre considérable de récits policiers, d’aventures ou fantastiques, et ce entre 1910 et la fin des années 1950. Sa production fut signée sous son nom ou divers... [Lire la suite]

23 mai 2021

Une main a tué dans l'ombre

Allez, encore un petit Marcel Priollet pour la route. « Petit » est généralement un adjectif qui convient bien aux titres de la collection de fascicules « Les Grands Détectives » des Éditions Modernes, vers la fin des années 1930. Petit : car les récits font souvent à peine plus de 7 à 8 000 mots. Petit : car l’éditeur a fait un petit travail sur ses textes, voire, un très mauvais travail, parfois… souvent. Fautes à gogo, coquilles à profusion, des morceaux de phrases qui sautent... [Lire la suite]
23 mai 2021

Le mort de la ligne Croydon-Paris

« Le mort de la ligne Croydon-Paris » est un fascicule de 32 pages publié à la fin des années 1930 dans la collection « Les Grands Détectives » des Éditions Modernes et signé Marcelle-Renée Noll, un pseudonyme de Marcel Priollet, un pilier de la littérature populaire fasciculaire entre 1910 et la fin des années 1950. La production de Marcel Priollet est immense et celui-ci usa de plusieurs pseudonymes (Henry de Trémières, R.M. de Nizerolles, René Valbreuse et... [Lire la suite]
23 mai 2021

Un cas d'hérédité

Marcel Priollet, est-il utile de le rappeler, fut un pilier de la littérature populaire fasciculaire. Entre 1910 et la fin des années 50 il écrivit un nombre incalculable de fascicules de tous genres (sentimentaux, fantastiques, policiers, aventures, dramatiques…) pour de nombreux éditeurs et sous divers pseudonymes (R.M. De Nizerolles, Henry de Trémières, René Valbreuse, Marcelle-Renée Noll…) Si ces personnages récurrents sont principalement à compter dans le domaine sentimental, on notera qu’il écrivit... [Lire la suite]
02 mai 2021

Information sensationnelle

Je poursuis ma découverte des enquêtes de l’inspecteur principal Paul Méral, avec « Information sensationnelle », un fascicule de 32 pages, contenant un récit de 8 400 mots, paru en 1954 dans la collection « Mon roman policier » des éditions Ferenczi. Le récit est signé Marcellus alias Charles Marcellus, un auteur énigmatique qui a principalement écrit des fascicules policiers pour le compte des éditions Ferenczi. On retrouve ces textes, pour la plupart des enquêtes de l’inspecteur... [Lire la suite]
25 avril 2021

L'«X» du Ravin de l'Enfer

Ces derniers jours, je m’intéresse à un auteur totalement inconnu de la littérature populaire policière fasciculaire : Charles Marcellus. Inconnu, car ses récits n’ont pas traversé le temps. Mais inconnu aussi, car l’on ne sait qui se cache derrière le pseudonyme de Marcellus. Certains augurent qu’il s’agirait d’un Marcel Deville, inscrit à l’Annuaire de la Société des Auteurs et Compositeurs à la fin des années 1920, celui-ci ayant pour pseudonyme Marcellus. D’autres le rapprochent d’un dénommé... [Lire la suite]

25 avril 2021

L'énigme de la rame 204

« L’énigme de la rame 204 » est un récit publié initialement en 1938 sous la forme d’un fascicule de 32 pages dans la collection « Le petit roman policier complet » des éditions Ferenczi et réédité chez le même éditeur en 1952 dans la collection « Mon roman policier ». Il est signé Marcellus. Marcellus, aussi nommé Charles Marcellus, est un auteur de littérature populaire derrière lequel certains voient Marcel Deville, un auteur-compositeur. Ce pseudonyme est rapproché par d’autres... [Lire la suite]
18 avril 2021

Cadavres sur canapé

Les sœurs Bodin, Berthe et Blanche de leurs prénoms sont deux personnages nés de la plume de Jean-Pierre Ferrière en 1957. Cette année-là, J. P. Ferrière, né en 1933, est contacté par l’éditeur Frédéric Ditis qui, à la recherche de nouvelles plumes pour sa collection « La Chouette », l’a contacté après avoir lu une de ses pièces de théâtre. L’auteur écrit « Cadavres en soldes » une enquête mettant en scène deux sœurs septuagénaires qui cherchent à saboter le grand Bazar de l’immeuble d’en face, car le... [Lire la suite]
31 janvier 2021

Un cri au micro

  La littérature, c’est comme les gens (d’ailleurs, les auteurs sont des gens, surtout Cocteau, d’Ormesson, de la Fontaine et j’en passe). Ainsi, ton milieu ne détermine pas tes qualités, mais si tu prends le temps de prendre soin de toi, tu présenteras toujours mieux que dans le cas inverse. Bon, c’est nul comme analogie, mais je veux dire que ce n’est pas parce que la littérature est populaire qu’elle est moins bien qu’une autre. Juste, quand tu dois faire avec des contraintes de temps (écrire vite, être vite publié) et de... [Lire la suite]
24 janvier 2021

Deux coups de feu dans la nuit

Et voilà ! Cela fait plus d’une cinquantaine d’articles que j’écris sur les textes de Marcel Priollet et je vous soupçonne de ne toujours pas savoir qui est cet auteur de littérature populaire. Alors, comme à chaque fois, je vais tenter de vous le présenter succinctement. Marcel Priollet est un écrivain dont la période de production s’étant environ depuis 1910 jusqu’au milieu des années 1950. Il écrivit énormément pour la littérature fasciculaire, que ce soit à travers des récits d’aventures, d’aventures... [Lire la suite]