03 octobre 2021

La fugue de monsieur Victor

Je poursuis donc ma lecture des aventures de « Mister Nobody, l’Homme au masque de satin », une série de 16 fascicules de 16 pages, double colonne, contenant des récits indépendants d’environ 12 000 mots et publiée à partir de 1946. L’auteur en est un dénommé Edward Brooker, de son vrai nom Édouard Ostermann, né en 1904, est un écrivain dont on connaît peu de choses. À ce point même que l’on n’en trouve plus trace après 1947. Avant la Guerre, il écrivit un bon nombre de romans policiers et... [Lire la suite]

15 août 2021

La voyageuse du Rapide Paris-Marseille

Henry Musnik fut un auteur très prolifique de la littérature populaire fasciculaire française, bien que né au Chili en 1895. Également journaliste sportif, Henry Musnik, sous de très nombreux pseudonymes (Alain Martial, Claude Ascain, Jean Daye, Gérard Dixe, Pierre Dennys, Pierre Olasso, Florent Manuel… et bien d’autres) écrivit un nombre incalculable de fascicules (pour la plupart de 32 ou 64 pages) dans différents genres dont principalement le genre policier. Sur près de trois... [Lire la suite]
18 avril 2021

Le mort de la Canebière

Je poursuis donc ma découverte de la plume de l’auteur Jean-Toussaint Samat à travers les aventures de l’un de ses personnages récurrents, le commissaire Levert. Après avoir lu et apprécié « L’horrible mort de Miss Gildchrist », j’avais pourtant mis plusieurs années avant de replonger dans une des enquêtes du commissaire Levert. Mais, à la lecture de « Le mort à la fenêtre », et face aux indéniables qualités du roman, j’en concluais que je ne devais plus attendre aussi longtemps avant de retrouver le policier. ... [Lire la suite]
21 mars 2021

L'aiguille de plomb

  José Moselli (1882 - 1941), bien que méconnu de nos jours, fut un auteur prolifique et apprécié de la littérature populaire. Si sa production fut immense, elle ne fut destinée qu’aux magazines, principalement jeunesse et quasi exclusivement pour les éditions Rouff. José Moselli fut un gamin aventureux. Il fugue à 13 ans pour s’engager comme mousse sur un bateau et il va bourlinguer sur les mers et les océans durant des années. Cherchant, au bout d’un moment, à s’ancrer les pieds sur terre, il devient... [Lire la suite]
07 mars 2021

L'antre de la drogue

La littérature populaire est adepte d’Antoine Lavoisier ou, du moins, de sa maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » qui était elle-même inspirée par les propos d’un antique philosophe grec. Cette entrée en matière pour dire que cette paralittérature, plus que tout autre, s’est longtemps nourrie d’elle-même pour continuer à vivre. Ainsi les auteurs se sont inspirés d’auteurs et leurs personnages, d’autres personnages… Les personnages de cambrioleurs mondains pullulent depuis le succès... [Lire la suite]
06 décembre 2020

Rage de flic

Après avoir découvert sans déplaisir le Prix du Quai des Orfèvres 2016, « Le crime était signé » de Lionel Olivier, voilà que je poursuis ma découverte des lauréats de ce prix, mais en plongeant 20 ans dans le passé avec « Rage de Flic » de Gilbert Schlogel, récompensé en 1996. Que dire à propos des romans ayant reçu ce prix ? Que j’ai rarement été convaincu par ceux-ci et encore moins souvent enthousiasmé. Sera-ce le roman qui va me réconcilier avec le fameux prix ? L’auteur,... [Lire la suite]

25 octobre 2020

Les envoyés du diable

« Les envoyés du diable » est l’épisode liminaire d’une série nommée « L’Agence Héléna » publiée à partir de 1957 aux éditions Lutèce. Cette série est composée de 53 titres de 128 pages (sans compter les rebrochages), contenant des récits d’un peu plus de 30 000 mots. L’auteur ? Un certain Francis Fortunas, un pseudonyme derrière lequel se cacherait un certain Jean Denis (mais lequel, il en existe tant !) Ces histoires content les enquêtes d’Héléna et de Rudy, la patronne et son ami et employé. Elles sont... [Lire la suite]
28 juillet 2019

Le cœur percé

« Le cœur percé » est la 30e enquête du détective marseillais Marius Pégomas, un personnage créé en 1936 par l’énigmatique Pierre Yrondy. La série, formatée en fascicule 32 pages double colonne (des récits d’environ 13 000 mots) et éditée par La Baudinière comporte 35 épisodes et prend la suite d’une autre série du même auteur chez le même éditeur et publiée au même format : « Thérèse Arnaud, espionne française ». Pierre Yrondy est assez difficile à cerner et si... [Lire la suite]
07 juillet 2019

Le vampire des Martigues

Marius Pégomas est un personnage fictif inventé par l’énigmatique auteur de littérature populaire Pierre Yrondy. Marius Pégomas est un détective marseillais qui, en 1936, vécu 35 aventures regroupées au sein d’une collection éponyme de fascicules 32 pages, double colonne (environ 13 000 mots)... Pierre Yrondy est un auteur dont on ne sait pas grand-chose si ce n’est qu’il fut journaliste, directeur de théâtre, probablement acteur de théâtre, qu’il écrit quelques pièces, quelques romans et... [Lire la suite]
09 juin 2019

Sérénade corse

Poursuivons notre périple à travers la « Série Noire » des Éditions Gallimard avec un titre de Jacques Risser datant de 1969. Jacques Risser fait partie de ses écrivains qui découvrirent la passion de l’écriture en prison, comme José Giovanni et quelques autres. Pas étonnant, alors, que, bien souvent, leurs romans se situent dans le monde du petit ou grand banditisme. Tout aussi souvent, les intrigues ou les personnages des récits de ces auteurs sont fondés sur des évènements vécus. C’est le cas avec... [Lire la suite]