07 août 2022

On n'y échappe pas

Je ne connais de Boris Vian que son double maléfique : Vernon Sullivan, le pseudonyme sous lequel il signa quelques romans noirs subversifs tels « J’irai cracher sur vos tombes » ou « Et on tuera tous les affreux »… Et le moins que je puisse dire, c’est que je n’ai pas du tout apprécié cette facette de l’auteur bien que je sois un inconditionnel des romans policiers sous toutes leurs formes, même sous celle du roman noir à l’américaine des années 40-50… Aussi, il pourrait être étonnant que... [Lire la suite]

24 juillet 2022

Le manoir hanté

« Le manoir hanté » est, à l’origine, un fascicule de 32 pages, double-colonne, paru en 1943 dans la « Collection Rouge » des éditions Janicot. Il est signé L. van der Haeghe. Il met en scène deux personnages récurrents de l’auteur que l’on retrouve dans plusieurs titres écrits pour la même collection : le commissaire Barma et le détective Paul Duval (ainsi que son jeune assistant Stanislas). Effectivement on retrouve ces personnages (des fois Barma sans Duval et inversement) dans au moins... [Lire la suite]
19 juin 2022

De nos jours, les routes ne sont pas sûres

  En tant que lecteur, je suis attiré par les séries policières comme les guêpes par le miel ou les pique-assiette par les repas de mariage. Aussi, quand je tombe par hasard sur le premier épisode d’une série policière écrite par un auteur de langue française (je fuis les traductions, ne me demandez pas pourquoi), je peux rarement résister même si je n’ai entendu parler ni de l’auteur, ni du roman, ni du personnage principal. Ainsi, « De nos jours, les routes ne sont pas sûres » est la première enquête de... [Lire la suite]
29 mai 2022

La mort frappe les trois coups

À notre époque, dans la littérature policière, les intrigues s’ancrent dans les grandes villes et, plus généralement, dans la capitale, voire aux É.-U. (car cela fait toujours mieux de singer les Américains). Par opposition, des auteurs et des éditeurs ont développé le sous-genre de « polar terroir » afin de capitaliser sur l’esprit régionaliste d’une partie des lecteurs. Ainsi, voit-on naître des collections destinées à promouvoir, à travers des récits policiers, certaines régions. Mais, la plupart du temps, ces livres... [Lire la suite]
17 avril 2022

Rester groupés

Il y a quelques années, je découvrais la plume de Sophie Hénaff à travers « Poulets grillés », un roman policier très drôle, mais pas que. J’ai un peu tardé à replonger dans les aventures du commissaire Anne Capestan et toute son équipe de bras cassé, ayant tant d’auteurs, de romans, de personnages à découvrir. Mais c’est avec plaisir que je replonge dans une enquête déjantée à la sauce de la brigade des Innocents. Pour petit rappel, le commissaire Anne Capestan est mise au placard après une bavure, mais... [Lire la suite]
10 avril 2022

Les messes noires de l'île Berder

  Né en 1954, Hervé Huguen, après une carrière d’avocat à Nantes, en 2009, décide de se consacrer à l’écriture de romans policiers. Il crée, pour l’occasion, le personnage du commissaire Nazer Baron, un policier amateur de blues, qui vivra sa première enquête littéraire avec le titre « Dernier concert à Vannes ». Par la suite, le personnage reprendra du service au moins 20 fois (pour l’instant), d’abord pour le compte des éditions Alain Bargain, initiateur du polar terroir breton, puis, à travers les... [Lire la suite]

10 avril 2022

L'assassin joue et perd

René Jadfard (1889 - 1947) est principalement réputé pour ses faits de guerre, lors de la première, mais surtout la Seconde Guerre mondiale et, aussi, pour avoir été, brièvement, député de la Guyane avant qu’un accident d’hydravion ne mette fin à la fois à sa carrière politique et à sa vie. Mais si l’on évoque les noms de Marie-Madeleine Allemand ou George Madal, deux pseudonymes de René Jadfard, le lecteur féru de la mythique collection « Le Masque » pensera immédiatement à quelques romans policiers y... [Lire la suite]
27 mars 2022

Babel-ville

Après avoir découvert et apprécié le tout premier roman de Josep Bialot (1923-2012), écrit à 55 ans, j’ai immédiatement plongé dans son second, « Babel-ville », publié en 1979. Pour rappel, Joseph Bialot est un auteur juif polonais, ayant connu les camps de concentration pendant la Seconde Guerre mondiale, qui connaît très bien le Sentier et Belleville et qui a été publié sur le tard, à 55 ans (écrivait-il alors depuis longtemps ?). Il a fait les beaux jours de la mythique collection « Série... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,
20 mars 2022

Le salon du prêt-à-saigner

Joseph Bialot est un auteur de langue française né à Varsovie en 1923 et mort en 2012 à Paris. Il s’installe avec sa famille au début des années 1930 à Belleville. Il est déporté à Auschwitz en 1944 où il passera près de 6 mois avant d’être libéré et retrouvera miraculeusement ses parents et réintègrera l’entreprise de prêt-à-porter familial. Je m’étale rarement sur la vie des auteurs, mais les quelques renseignements donnés sont nécessaires à comprendre les romans (du moins les premiers) de l’auteur. ... [Lire la suite]
20 mars 2022

Qui voit Groix voit sa croix

Attention, une fois n’est pas coutume, ni deux fois, ni trois fois, je vais commencer ma chronique par une petite blaguounette d’un goût probablement douteux pour le premier intéressé, mais que je ne suis probablement pas le premier à lui servir. L’auteur du roman du jour est un Pinpin, Jean-Christophe de son prénom (oui, il s’appelle Jean-Christophe Pinpin pour ceux qui n’auraient pas compris). Jean-Christophe Pinpin est un Toulousain de naissance et de vie qui posa sa pierre à l’édifice poulpienne en écrivant... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,