31 janvier 2021

Le double crime de l'homme mort

Marcel Priollet est un auteur majeur de la littérature populaire fasciculaire. Entre 1909 et le milieu des années 1950, l’auteur abreuva de nombreuses collections sentimentales, aventures, anticipation et policières grâce à son immense production signée de son nom et divers pseudonymes (René Valbreuse, Henri de Trémières, R. M. de Nizerolles, Marcel-Renée Noll…). Dans le genre policier, Marcel Priollet développa deux séries pour les éditions Tallandier dans le milieu des années 40 (« Old... [Lire la suite]

03 mai 2020

Le fantôme d'Elvire Lhommel

Revenons un peu sur la genèse de la série fasciculaire « Les aventures extraordinaires de Théodore Rouma ». Ces aventures peuvent se décomposer en deux séries de fascicules de 24 pages contenant des récits indépendants d’environ 10 000 mots, publiées par les éditions SEBF à partir de 1945. La première série compte 10 titres dont les couvertures sont illustrées par R. Charles. La seconde, comprend une douzaine de titres dont la plupart sont illustrés par Brantonne. Derrière l’auteur, Jean... [Lire la suite]
01 mars 2020

La momie qui tue

Rapide contextualisation du texte et de son auteur : Léon Groc est un journaliste et écrivain qui naquit en 1882 et mourut en 1956. Durant sa carrière, il s’essaya aussi bien aux contes, nouvelles, romans et séries, aussi bien dans les genres policiers, aventures, historiques, patriotiques, sentimentaux que fantastiques. Si sa fibre patriotique s’exprima principalement, comme nombre d’auteurs de son époque, par l’intermédiaire de la mythique collection « Patrie » des éditions Rouff, dans le but de redonner... [Lire la suite]
04 mars 2018

Le manoir de la peur

Henry de Golen est un auteur de la littérature populaire dont je vous ai déjà parlé brièvement dans les chroniques sur « L’épouvante » et sur un précédent titre concernant un personnage récurrent de l’auteur : l’inspecteur Poncet. Dans « Jacopo le forçat », le précédent opus, j’étais dubitatif quant au style de l’auteur et le charisme du personnage. Dans « Le manoir de la peur », Henry de Golen revient à un style et un personnage un peu plus classique et, surtout, un policier qui se met enfin à... [Lire la suite]