06 février 2022

Rapaces dans l'ombre

Henry Musnik (1895 - 1957) fut un des incontournables piliers de la littérature populaire fasciculaire française (bien que né au Chili) de par son immense production dont il est assez difficile d’établir une liste exhaustive, la faute aux nombreux pseudonymes utilisés par l’auteur. Entre le début des années 1930 jusqu’à sa mort, Musnik destina ses récits principalement à des collections de fascicules 32 ou 64 pages et dans les genres policier et aventures (mais pas que). Pour multiplier les contrats, Musnik... [Lire la suite]

02 janvier 2022

On frappe dans l'ombre

  Étant passionné de littérature populaire policière fasciculaire, c’est une évidence, pour moi, de m’intéresser aux éditions Ferenczi. Certes, ce n’est pas le seul éditeur à avoir proposé ce format et ce genre aux lecteurs du siècle dernier, mais c’est l’un des tout premiers, si ce n’est le premier. Effectivement, Ferenczi s’est lancé à corps perdu dans cette dualité genre/format à partir de 1907 et la série « Marc Jordan » créée pour concurrencer les traductions des aventures de Nick Carter qui déferlaient sur... [Lire la suite]
30 juin 2019

Le complot diabolique

« Le complot diabolique » est ce que l’on pourrait annoncer comme le 15e épisode des aventures de Bill Disley, le journaliste détective né de la plume de l’énigmatique auteur de littérature populaire J.A. Flanigham. Je dis, « pourrait annoncer », car les premières aventures de Bill Disley, du moins celles publiées en fascicules 16 pages aux Éditions Moulin Vert à partir de 1946 et rééditées en fascicules 32 pages dans la collection « Police Roman » des Éditions Lutèce à partir de... [Lire la suite]
14 octobre 2018

Une femme dans l'ombre

Bill Disley, le reporter-détective, est un personnage de la littérature populaire française créé par l’énigmatique J.A. Flanigham derrière lequel se cache un auteur au nom probablement bien moins « anglophone » dont la BNF nous fournit comme autre pseudonyme Raymond Gauthier. Bill Disley a vu ses aventures éditées sous des formats courts : 32/48 pages, mais aussi sous un format un peu plus étalé : 128 pages. Bill Disley, dans l’esprit, est une sorte de Nestor Burma (pas celui de la... [Lire la suite]