28 avril 2019

Du poulet au menu

Tiens, ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas « tapé » un petit Sana de derrière les fagots. Oui, car on se jette un San Antonio derrière les lunettes comme on se jetterait un alcool fort derrière la cravate. C’est bon, ça enivre, mais faut le consommer avec modération sinon, on risque de finir aux Sananonyme, ces lecteurs compulsifs des œuvres de San Antonio qui tremblent, bavent et se transforment en zombies quand ils n’ont pas leur dose. Du coup, un petit Sana de temps en temps, ça ne fait pas de mal, ça fait... [Lire la suite]