31 juillet 2022

C'est moi l'assassin

Je poursuis ma découverte de l’œuvre policière de l’écrivain Yann Le Cœur, œuvre concise (6 romans), mais passionnante, avec son 4e roman : « C’est moi l’assassin »… Yann Le Cœur est le pseudonyme de l’écrivain Jean-Marie Le Lec (1902-1951), décédé prématurément alors qu’il était promis à un bel avenir. Yann Le Cœur fut influencé par les auteurs Stanislas-André Steeman, Pierre Véry et bien d’autres qu’il n’hésite pas à citer dans ses ouvrages. Mais, ce qui influença avant tout sa plume était sa... [Lire la suite]

31 juillet 2022

Une femme de trop

Parfois, souvent, la lecture d’une 4e de couverture vous donne envie de lire un roman. D’autres fois, il est préférable de ne pas s’y référer. C’est heureusement ce que je fis avec « Une femme de trop » de Louis C. Thomas. Pourquoi ? Tout simplement parce que : Louis C. Thomas (1921-2003)… Oui, ce nom n’évoque probablement rien à la plupart d’entre vous. Pour d’autres, il remet peut-être en mémoire certains épisodes de la très ancienne et mythique série « Les cinq dernières minutes » dans laquelle... [Lire la suite]
31 juillet 2022

La main de sang

Entre 1943 et 1944, les éditions Janicot proposèrent aux lecteurs la « Collection Rouge » regroupant un peu plus de 100 fascicules de 32 pages, double colonne, contenant des récits indépendants entre 10 000 et 12 000 mots. Rares sont les auteurs participant à cette collection à être des habitués de la littérature fasciculaire. On notera bien sûr, Jean des Marchenelles, Maurice Lambert, mais pour le reste, ce sont des écrivains que l’on retrouve rarement ailleurs. Et ce fut souvent... [Lire la suite]
24 juillet 2022

La villa des suspects

Je poursuis ma découverte de la plume de Lucien van der Haeghe, un auteur sur lequel je n’ai guère d’informations si ce n’est qu’il était actif dans les années 1940 et qu’il était probablement de la région Nord, comme l’attestent ses collaborations avec l’auteur et éditeur lillois Jean des Marchenelles… La rencontre avec un auteur, dans mon cas, n’est jamais meilleure que si elle est faite par l’entremise d’un personnage récurrent. Cela tombe bien, L. Van der Haeghe, pour la « Collection Rouge » des éditions... [Lire la suite]
24 juillet 2022

Meurtre en gros plan

  Jusqu’à présent, dans mon esprit, Pierre Nemours n’évoquait que la rue du même nom sise à Paris et dans laquelle se situe le Théâtre Comédie dans lequel était enregistrée la mythique émission « La Grosse Émission » de la chaîne Comédie de Dominique Farrugia qui, entre 1997 et 2002 révéla notamment la troupe des Robins des Bois, mais également des comédiens tels que Jonathan Lambert, Axelle Lafont, Sören Prévost, Philippe Lelièvre et même Cyril Hanouna (qui était stagiaire sur la chaîne,... [Lire la suite]
24 juillet 2022

La preuve accablante

Lucien van der Haeghe est un écrivain sur lequel je n’ai guère de renseignements si ce n’est qu’il officiait au milieu des années 1940 et qu’il était probablement ancré dans la région Nord, du fait de ses multiples collaborations avec l’écrivain et éditeur Jean des Marchenelles… En 1943, 1944, pour le compte des éditions Janicot, il écrit quelques récits policiers pour la « Collection Rouge », qui seront publiés sous la forme de fascicules de 32 pages, double colonne, contenant des récits d’environ... [Lire la suite]

10 juillet 2022

Le drame de la rue du 4 Septembre

Les enquêtes de l’inspecteur Girard, volume 12 ! Effectivement « Le drame de la rue du 4 Septembre » met en scène le personnage de l’inspecteur Girard (souvent, comme dans ce titre, appelé inspecteur Gérard) de l’écrivain André Charpentier (1884 - 1966). L’inspecteur Girard (ou Gérard), les lecteurs ont pu le croiser principalement, vers la fin des années 1930, début 1940, dans diverses collections de fascicules policiers de 64 pages des éditions Ferenczi (« Police »,... [Lire la suite]
03 juillet 2022

Le parfum qui endort

« Le parfum qui endort » est, à l’origine, le titre d’un fascicule de 24 pages paru dans la seconde moitié des années 1930 dans la collection « Les Grands Détectives » des Éditions Modernes. Il est signé, comme près de 90 % des presque 100 titres de cette collection, par Marcelle-Renée Noll, un pseudonyme du prolifique auteur Marcel Priollet (1884-1960). Marcel Priollet, les passionnés de littérature populaire le connaissent forcément pour son immense production principalement... [Lire la suite]
03 juillet 2022

Qui a tué M. Champlin ?

« Qui a tué M. Champlin ? » est le titre d’un fascicule de 32 pages publié vers 1937 (le texte n’est pas daté) dans la collection « Les Grands Détectives » des Éditions Modernes. Le récit est signé Marcelle-Renée Noll, un pseudonyme du prolifique auteur Marcel Priollet (1884-1960). Marcel Priollet, tout passionné de littérature populaire fasciculaire connaît, pour son immense production dirigée principalement, mais pas que, vers les genres policiers et sentimentalo-dramatiques. Il... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
26 juin 2022

L'homme aux deux visages

Marcel Priollet (1884-1960) est-il besoin de le rappeler, fut un auteur très prolifique de la littérature populaire, notamment fasciculaire, pour laquelle il livra un nombre impressionnant de textes signés de son nom ou de ses différents pseudonymes (René Valbreuse, Henry de Trémières, Marcelle-Renée Noll, R.M. de Nizerolles…). S’il écrivit beaucoup de séries sentimentalo-dramatiques autour de jeunes femmes amoureuses et/ou martyrisées par les hommes et la vie, c’est uniquement, pour l’instant, à sa... [Lire la suite]