30 janvier 2022

120 carats pour un tombeau

Le fait qu’un auteur signe les aventures de son personnage par le nom dudit personnage, laissant ainsi penser qu’il est le personnage, n’est pas l’apanage de Frédéric Dard et de son San Antonio. Je pourrais citer quelques exemples, passés ou récents, comme Lew Dolegan (Louis Fournel) ou Cicéron Angledroit (Claude Picq). Bien souvent, quand un auteur se glisse dans les oripeaux d’un personnage, il le choisit plutôt de façon avantageuse. Pas trop vieux, charmant, charmeur, courageux, fort, intelligent, pas trop... [Lire la suite]

24 janvier 2021

Einstein et Sherlock Holmes

Je poursuis mon voyage dans le monde des pastiches holmésien en privilégiant ceux de langue française (mais pas que). Après du très mauvais, du moyen, du pas trop mal, je me suis penché vers un auteur dont, jadis, j’avais déjà lu un pastiche : « Marx et Sherlock Holmes », j’ai nommé Alexis Lecaye. Alexis Lecaye, même ceux qui n’ont jamais lu un de ses romans le connaissent. Si ce n’est à travers les scénarios qu’il écrivit pour la série Julie Lescaut, peut-être pour les adaptations de ses romans... [Lire la suite]
06 mai 2018

Au suivant de ces messieurs

San Antonio nous revient avec une 23e aventure qui le conduira jusqu’en Suisse. Au suivant de ces messieurs : Comme j’ouvre la porte, je fais un bond en arrière qui m’envoie dinguer dans le porte-pébroques. Il y a trois Messieurs sur le paillasson, qui s’apprêtaient à sonner. Et ceux-là, pas d’erreur possible, ce sont des vrais de vrais. Ils ont des bouilles qui ne trompent pas. Ils seraient nègres ou nains que ça ne se verrait pas davantage. Le gnard San-Antonio se demande à la brutale si, par hasard, ça ne serait... [Lire la suite]
21 juillet 2013

Des clientes pour la morgue

Après avoir lu la première aventure de San-Antonio (Réglez lui son compte), celle annoncée par beaucoup comme la plus drôle (Salut mon Pope !), je me suis intéressé à la première aventure dans laquelle le personnage de Bérurier apparaît, "Des clientes pour la morgue". Autant vous prévenir, si vous êtes un inconditionnel de Bérurier, ne lisez pas ce roman juste pour lui, le personnage est à peine évoqué dans la deuxième page puis oublié totalement. Mais, d'un point de vu "archéologique", cette particularité n'en est pas moins... [Lire la suite]