28 juin 2020

Horrible vengeance

Charles Richebourg est un de ces nombreux auteurs énigmatiques de la littérature populaire fasciculaire des deux premiers tiers du XXe siècle. Il œuvra principalement chez l’éditeur Ferenczi, dans la première moitié des années 50 et la grande majorité de sa production se dirigea vers la collection « Mon Roman Policier » pour laquelle il livra plus de 40 enquêtes du commissaire Odilon Quentin. Mais il écrivit également quelques titres pour la collection « Mon Roman d’Aventures » (et une... [Lire la suite]

28 juin 2020

Vendetta sicilienne

« Vendetta sicilienne » est initialement paru en 1957 sous la forme d’un fascicule de 32 pages dans la collection « Mon Roman d’Aventures » des éditions Ferenczi. Il est signé Désiré Charlus. La seule chose que l’on sache de Désiré Charlus, c’est qu’il cache le même auteur que le pseudonyme Charles Richebourg. Et tout ce que l’on sait de Charles Richebourg, outre qu’il avait également pour pseudonyme Désiré Charlus, c’est qu’il possédait une belle plume, une excellente maîtrise des... [Lire la suite]
28 juin 2020

Les Enfants du Dragon

« Les Enfants du Dragon » est le troisième opus d’un triptyque publié au sein de la collection « Mon Roman d’Aventures » des Éditions Ferenczi en 1955. Signés par l’énigmatique Charles Richebourg, ces trois fascicules : « Le bourreau a disparu », « Deux yeux de Saphir » et « Les Enfants du Dragon » de 32 pages chacun (un peu moins de 10 000 mots par titre), forment une seule et même histoire découpée pour intégrer le format de la collection. Certains... [Lire la suite]
03 mai 2020

Triple meurtre à Neuilly

« Triple meurtre à Neuilly » est la 6e extraordinaire aventure (ce qualificatif fait parti du titre de la collection) de Théodore Rouma, un gentleman cambrioleur justicier né de la plume de Jean d’Auffargis. Jean d’Auffargis, de son vrai nom Maurice Laporte, fut le créateur des Jeunes Communistes Françaises en 1920 avant de devenir un farouche anticommuniste, puis de collaborer avec les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale. En 1945, pour éviter de subir les conséquences de ses actes, il s’enfuit en... [Lire la suite]
03 mai 2020

Le fantôme d'Elvire Lhommel

Revenons un peu sur la genèse de la série fasciculaire « Les aventures extraordinaires de Théodore Rouma ». Ces aventures peuvent se décomposer en deux séries de fascicules de 24 pages contenant des récits indépendants d’environ 10 000 mots, publiées par les éditions SEBF à partir de 1945. La première série compte 10 titres dont les couvertures sont illustrées par R. Charles. La seconde, comprend une douzaine de titres dont la plupart sont illustrés par Brantonne. Derrière l’auteur, Jean... [Lire la suite]
26 avril 2020

Lord Darnell est mort à l'aube

La littérature populaire fasciculaire policière est un monde un peu opaque où, tout comme dans une affaire criminelle, il est parfois difficile d’identifier l’auteur, mais également de lister les méfaits de celui-ci. C’est un peu le cas pour le titre qui m’intéresse aujourd’hui : « Lord Darnell est mort à l’aube ». Publié à l’origine en fin 1946 dans la collection « Murmures d’amour » des éditions du Moulin Vert, sous la forme d’un fascicule de 16 pages, double colonne, contenant un récit d’un... [Lire la suite]

12 avril 2020

L'insaisissable Mr Brown

La littérature populaire française (je vais me restreindre au seul genre qui m’attire : le policier) de la première moitié du XXe siècle est un vaste océan de mots, de récits, d’auteurs que le commun des lecteurs ignore désormais. Certes, des noms d’écrivains ou de personnages affleurent au fil des vagues de souvenirs (Rouletabille, Arsène Lupin, Fantomas, Gaston Leroux, Maurice Leblanc, Maigret... Mais sous cette partie immergée de l’iceberg littéraire, roulent et coulent une quantité incommensurable de... [Lire la suite]
05 avril 2020

La bande Keminoff

Pour certains, les moins aguerris avec le genre, la littérature populaire policière française débute avec les romans d’Émile Gaboriau voire Eugène Sue avec « Les Mystères de Paris », et s’achève avec ceux de Georges Simenon (quoique l’auteur soit extrait de la gangue par son statut devenu culte). Entre les deux naviguent des auteurs dont le nom des personnages a laissé plus de traces dans les esprits que les leurs propres : Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur qui cache l’écrivain... [Lire la suite]
15 mars 2020

L'énigme du « Mexico »

Et me voilà déjà à devoir à nouveau présenter un auteur que l’on ne devrait pourtant plus avoir à faire connaître au lecteur lambda : Marcel Priollet. Marcel Priollet est un auteur de la littérature populaire dont l’immense production fut signée sous différents pseudonymes dont les plus répandus furent, en plus de Marcel Priollet : Marcelle-Renée Noll, R.M. de Nizerolles, Henry de Trémières et René Valbreuse. Actif dès 1910, et ce jusqu’au milieu des années 50, l’écrivain s’exerça dans les... [Lire la suite]
08 mars 2020

Fred le Rouge

Léon Groc (1882 - 1956) est un journaliste et écrivain qui fit les beaux jours de la littérature populaire pendant quasiment toute la première moitié du XXe siècle. À partir de 1910, l’auteur alimenta les différents genres à la mode (policier, sentimental, historique, patriotique, aventures, fantastique) pour les journaux et magazines, les collections fasciculaires et les collections de romans de forme plus classique. Ainsi, si Léon Groc est encore reconnu, par les amateurs de paralittérature, pour sa production... [Lire la suite]