07 mars 2021

L'antre de la drogue

La littérature populaire est adepte d’Antoine Lavoisier ou, du moins, de sa maxime « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » qui était elle-même inspirée par les propos d’un antique philosophe grec. Cette entrée en matière pour dire que cette paralittérature, plus que tout autre, s’est longtemps nourrie d’elle-même pour continuer à vivre. Ainsi les auteurs se sont inspirés d’auteurs et leurs personnages, d’autres personnages… Les personnages de cambrioleurs mondains pullulent depuis le succès... [Lire la suite]