28 juillet 2019

Le cœur percé

« Le cœur percé » est la 30e enquête du détective marseillais Marius Pégomas, un personnage créé en 1936 par l’énigmatique Pierre Yrondy. La série, formatée en fascicule 32 pages double colonne (des récits d’environ 13 000 mots) et éditée par La Baudinière comporte 35 épisodes et prend la suite d’une autre série du même auteur chez le même éditeur et publiée au même format : « Thérèse Arnaud, espionne française ». Pierre Yrondy est assez difficile à cerner et si... [Lire la suite]

14 juillet 2019

Si t'as peur, jappe

Et le voyage au sein de la collection culte « Série Noire » des Éditions Gallimard, continue avec le titre « Si t’as peur, jappe » de Marie et Joseph sorti en 1984. Derrière cet énigmatique pseudonyme se cachent les auteurs Corinne Bouchard et Pierre Mezinski. Les deux auteurs se sont associés sous ce pseudonyme pour les romans de la collection « Série Noire », (une dizaine en tout), mais également pour d’autres romans policiers et des romans jeunesse. Derrière ce titre tout aussi... [Lire la suite]
30 juin 2019

L'énigme de la cabine 29

John Strobbins est un personnage inventé par l’auteur José Moselli, un des trop nombreux oubliés de la littérature populaire. L’homme écrivit de très nombreux textes pour les magazines et journaux entre 1910 et 1940 et enchanta un nombre considérable de lecteurs. S’essayant à plusieurs genres (aventures, policier, science-fiction) José Moselli développa plusieurs séries dont « Iko Terouka », « Browning et Cie », « M. Dupont, détective »... dont certaines s’étalèrent sur plus d’une... [Lire la suite]
09 juin 2019

Aux limites de l'angoisse

« Aux limites de l’angoisse » est un texte de l’énigmatique J.A. Flanigham publié dans la collection « Police et Mystère » 2e série des Éditions Ferenczi au premier trimestre 1957, sous un format fasciculaire de 64 pages équivalant à un texte d’environ 20 000 mots. Je ne reviendrai pas sur l’auteur dont on ne connaît rien si ce n’est un autre de ses pseudo (nul doute que Flanigham ne soit déjà un pseudo), Raymon Gauthier et qu’il sévit entre 1946 et 1959 dans différentes collections aux... [Lire la suite]
02 juin 2019

Le neuvième passager

« Le neuvième passager » est la 10e aventure de Robert Lacelles, le gentleman-cambrioleur, né de la plume de Henry Musnik, sous le pseudonyme de Claude Ascain, du moins dans sa première édition à la fin des années 1930 (1939-1940) au sein de la collection « Le Petit Roman Policier » des éditions Ferenczi (il occupera la 12e place dans la réédition au sein de la collection « Mon Roman Policier » au début des années 1950). Claude Ascain, de son vrai nom... [Lire la suite]
02 juin 2019

Le mort sonne à 21 heures

« Le mort sonne à 21 heures » est un épisode de la série « Bill Disley, reporter-détective » signé par l’énigmatique J.A. Flanigham, un auteur de la littérature populaire policière fasciculaire qui sévit entre 1946 et 1959. On ne sait toujours rien sur cet écrivain si ce n’est qu’il avait probablement pour autre pseudonyme Raymond Gauthier et qu’il était doué d’une belle plume, d’une rare maîtrise du format court aidé en cela par une exceptionnelle aisance dans l’utilisation des incises et... [Lire la suite]

26 mai 2019

La griffe de Tigre

La littérature populaire policière regorge de séries (avérées ou non. C’est-à-dire, dont les épisodes sont regroupés dans une même collection et dans un laps de temps court, ou bien éparpillés dans diverses collections, parfois chez divers éditeurs et sur une période très longue). On trouve donc des séries de tous genres : fasciculaires 16, 32, 64, 96, 128 pages ; romans... et de tous styles, à toute époque et ce dès le tout début du XXe siècle. Ces séries comportent parfois plusieurs centaines de titres... [Lire la suite]
19 mai 2019

L'étrange panne

« L’étrange panne » est le 15e épisode de la série « Robert Lacelles, gentleman-cambrioleur » écrite par Claude Ascain... Claude Ascain, de son vrai nom Henry Musnik, bien que né au Chili en 1895, fut un des principaux piliers de la littérature populaire française, en général, et policière, en particulier. Depuis la fin des années 1930 jusqu’au milieu des années 50, il écrivit des centaines et des centaines de titres pour des dizaines et des dizaines de collections, créant,... [Lire la suite]
12 mai 2019

L’œil de la caméra

Marcel Priollet, auteur majeur de la littérature populaire, est un écrivain que vous ne pouvez plus, désormais, ignorer, tant je vous en parle régulièrement. Si l’homme a alimenté de sa plume prolifique, les collections de romans sentimentaux et d’aventures, il n’en a pas oublié, les collections policières qu’il abreuva de nombreux textes signé de ses différents pseudonymes (Henry de Trémières, R.M. de Nizerolles, M.R. Noll, René Valbreuse...) ou de son nom. Parmi cette grande production, il est à noter deux séries... [Lire la suite]
28 avril 2019

La croisière aux nuits blanches

Marcel Priollet est un des piliers de la littérature populaire française qu’il alimentât de ses très nombreux textes sentimentaux, d’aventures, policiers ou science-fiction pendant près d’un demi-siècle dès 1910. Marcel Priollet, on se le rappelle (ou non), a écrit sous divers pseudonymes (René Valbreuse, Henry de Trémières, R.M. de Nizerolles, M.R. Noll...), mais c’est sous son nom que parurent les deux séries policières dont je suis friand : « Old Jeep et Marcassin » et « Monseigneur et son... [Lire la suite]