9782842190019"Saigne sur mer" est le deuxième opus de la série de "Le poulpe". Serge Quadruppani est, avec Jean-Bernard Pouy (auteur du premier épisode de la série, "La petite écuyère a cafté") et Patrick Raynal (auteur de l'épisode "Arrêtez le carrelage"), un des initiateurs de la saga.

Serge Quadruppani sera le seul du trio a ne pas participer à l'écriture du scénario du film éponyme.

"Saigne sur mer" reprend donc le personnage de Gabriel Lecouvreur, inventé par Jean-Bernard Pouy.

Gabriel dit "Le poulpe" n'est pas un flic, pas un détective privé, pas un vengeur et, pourtant, son occupation principale consiste à découvrir les dessous des affaires louches.

243997-gbAssis devant sa table attitrée de son bar favori, "Au pied de porc à la Sainte-Scolasse", Gabriel boit son café en lisant le journal. Dans le Var, à Seyne-sur-mer, un candidat aux municipales qui promettaient de faire des révélations vient d'être abattu de deux balles de 11.43 dans sa voiture, en quittant sa villa. Cela n'est pas sans rappeler l'assassinat d'un élu, neuf ans auparavant.

Comme le dit si bien Gérard, le patron du bar, à Gabriel : "Toute façon, t'as beau faire le malin, t'es comme nous, t'es au bord de la route, tu regardes tous ces salopards se remplir les poches et se flinguer entre eux, mais tu comprends rien au film."

Mais justement, Gabriel n'aime pas rester sur la route et aime comprendre le film. Aussi, il part dans la nuit en direction du Var. Le temps de se mettre en place, les deux flics ayant découvert le corps de l'élu sont retrouvés assassinés dans une station service. Du travail de pro. Tout se complique. Mais les choses prennent une tournure particulière quand Gabriel se retrouve suivi par la fille d'un des deux défunts policiers.

Deuxième épisode du "Poulpe", donc, Serge Quadruppani reprend la plume déposée par Jean-Bernard Pouy.

Même concept, donc, que pour "La petite écuyère a cafté". Le livre débute par la présentation de l'affaire. Deuxième chapitre, Gabriel est au bar et lit l'article de journal relatant le meurtre. Il s'en va alors sur les lieux concernés, fouille, farfouille, se bat, s'en prend plein la gueule, baise (pas forcément dans cet ordre là) et le livre se termine au bar.

Le titre doit être un jeu de mot plus au moins pourri.

Les personnages en présence : Gabriel Lecouvreur, Cheryl, sa petite amie coiffeuse, Gérard, le patron du bar, le chien de Gérard, Pedro, un anarchiste catalan...

C'est avec enthousiasme que j'entamais la lecture de ce deuxième épisode, après le plaisir que j'avais pris à faire connaissance avec Le Poulpe.

Le style de Jean-Bernard Pouy m'avait vraiment emballé et j'espérais que celui de Serge Quadruppani en ferait autant.

Dès le début, on sent la différence. Le style est moins fluide, les jeux de mots moins présents dans le corps du texte et l'humour latent presque totalement disparu.

La narration, au passé (comme de coutume), m'a plus contrarié que pour le premier épisode (peut-être parce que je suis en pleine écriture du dernier opus des aventures de "Wan & Ted" que je m'évertue à écrire au présent et que ce temps me semble de plus en plus naturel pour l'écriture d'une histoire policière.

Les phrases sont plus saccadées et il semble que l'auteur se force pour essayer de conserver le style d'origine de la saga.

Il m'a été, alors, bien plus difficile d'entrer dans l'histoire. Heureusement, le roman est très court et l'histoire mouvementée, ce qui permet de passer outre un scénario assez basic, des retournements de situations un peu trop nombreux et une fin d'histoire un peu trop explicative (le méchant qui explique tout avant de tirer alors qu'il prévient qu'il ne va rien expliquer, voilà qui n'est pas nouveau).

serge_quadrupanniPour autant, ce deuxième opus reste fidèle au concept et je sais, pour l'avoir expérimenté, que le deuxième épisode est toujours le plus dur à écrire. L'auteur a le cul entre deux chaises. Présenter un peu trop les personnages peut être nuisible pour les lecteurs ayant déjà lu le premier épisode, mais ne pas assez les présenter peut déplaire aux nouveaux lecteurs. Ici, c'est un peu le second cas. Quadruppani n'aborde que très légèrement la psychologie de Gabriel (déjà que Jean-Bernard Pouy avait pris le parti d'en dire le moins possible) et passe quasiment sous silence sa relation particulière avec Cheryl.

La passion de Gabriel pour la bière, bien présent dans le premier livre, est ici à peine abordée, ainsi que son autre passion pour les avions.

Si au final ce deuxième livre n'est pas mauvais, il démontre qu'en changeant d'auteur, le style ne peut qu'évoluer, également, ce qui peut être un avantage (éviter la lassitude du lecteur) ou un défaut (des épisodes moins fluides que d'autres).

Ici, on sent l'auteur jamais totalement à l'aise avec le personnage, ce qui n'était pas du tout le cas de Pouy, et la lecture s'en ressent un petit peu. Pour autant, le livre demeure plaisant et donne envie de savoir ce que va réussir à faire Patrick Raynal de Gabriel Lecouvreur dit "Le Poulpe".

Je le saurai dès ma prochaine lecture : "Arrêtez le carrelage".