CouvBC13

José Moselli (1882-1941) fut surnommé « l’écrivain sans livre », car l’entièreté de son immense production fut destinée aux journaux et magazines pour lesquels il écrivit un nombre considérable de feuilletons (policiers, aventures, fantastiques) dont certains s’étalèrent sur plus de 10 ans à raison d’une ou deux pages de bandes de textes illustrés par semaine…

Certaines de ses séries (toutes publiées par les éditions Offenstadt) furent regroupées toutes ou partiellement dans des recueils intégrant la « Collection d’Aventures » des éditions Offenstadt, permettant, ainsi, qu’une mince part de la production de l’auteur soit, si ce n’est sauvegardée, du moins plus accessible aux lecteurs, au fils des ans, que si les récits étaient demeurés dans des magazines par essence moins pérennes et moins faciles à lire du fait des nombreux numéros à regrouper pour suivre l’histoire.

Ainsi, les aventures de John Strobbins, l’audacieux cambrioleur, ou bien celles de son confrère le baron Stromboli, ou celles du boxeur aventurier Marcel Dunot, du jeune policier Jean Flair, et bien d’autres encore, sont encore lisibles pour peu que l’on déniche, chez les libraires spécialisés ou les brocanteurs, les quelques fascicules de la fameuse collection.

Mais, toute une autre immense part de l’œuvre de José Moselli n’est encore accessible qu’aux collectionneurs étant parvenus à regrouper les centaines et les centaines de journaux ou magazines dans lesquels elles étaient diffusées.

Enfin, ça, c’était avant, car, depuis quelques années, OXYMORON Éditions, réédite, lentement mais sûrement, les aventures de quelques héros moselliens qui étaient inaccessibles pour les raisons invoquées.

Ce fut d’abord M. Dupont détective, qui sortit de l’oubli. Puis le détective japonais Iko Terouka.

Et, enfin, voilà le duo Césaire Rabascasse et Tom Browning, un Bordelais et un Américain ayant monté leur agence de détectives « Browning & C° ».

Cette série fut initialement publiée dans le magazine le « Cri-Cri » entre 1922 et 1935.

Elle est, comme les autres citées, composée de diverses enquêtes s’enchaînant.

« Le Grand Globe Terrestre » est la 13e d’entre elles :

LE GRAND GLOBE TERRESTRE

Un globe terrestre en cristal de roche incrusté de pierreries a été mystérieusement dérobé au rajah de Jikhaner en Inde.

Les deux célèbres détectives, Tom BROWNING et Césaire RABASCASSE, sont chargés de retrouver les voleurs et leur butin.

Tandis que RABASCASSE décide de surveiller le chef de la police locale qu’il trouve suspect, BROWNING, lui, s’intéresse de près à des étrangers venus dans le pays chasser les éléphants.

Au bout de quelques jours, RABASCASSE n’a plus aucune nouvelle de son partenaire…

Même pas le temps de visiter l’Égypte après leur précédente enquête que Rabascasse et Browning sont appelés en Inde pour retrouver un précieux globe terreste en cristal de roche et incrusté de pierres précieuses, dérobé au rajah de Jikhaner.

Un des gardes a disparu suite au vol et demeure introuvable. Il semblait pourtant insoupçonnable.

Rabascasse se méfie du chef de la police locale et décide de le surveiller tandis que Browning, en fouinant un peu partout, tombe sur trois étrangers chasseurs d’éléphants dans une région où les pachydermes sont rares. En écoutant leurs conversations, Browning est persuadé qu’il s’agit des voleurs et décide de les suivre.

Quelques jours plus tard, Rabascasse n’a pas avancé, mais il commence à s’inquiéter de n’avoir plus de nouvelle de son partenaire…

Les dernières enquêtes étaient calibrées sur un format d’environ 16 000 mots (celui d’un petit fascicule de 64 pages).

C’est de nouveau avec celle-ci.

À nouveau, les deux amis se séparent pour enquêter chacun de son côté dans l’espoir de résoudre l’affaire au nez et à la barbe de son partenaire.

José Moselli reprend les mêmes ingrédients que dans les enquêtes précédentes avec un voyage dans un pays exotique, confrontant ses héros aux coutumes des populations locales.

Un peu plus d’aventure et d’action que dans la précédente affaire et cette fois-ci c’est au tour de Browning de prendre la lumière même s’il ne peut s’empêcher, bêtement ou non, de sombrer dans des pièges et d’attendre le secours du bordelais.

Une enquête qui confrontera nos deux héros aux légendaires et dangereux Thugs, un sujet qui excitait les écrivains (et les lecteurs) de récits d’aventures exotiques de l’époque.

L’ensemble se lit agréablement et est représentatif d’un format et d’un genre qui n’ont malheureusement plus cours depuis fort longtemps.

Au final, un épisode plaisant, qui fonctionne sur le même schéma que les précédents.