piédouche

Fortuné du Boisgobey est un auteur contemporain d'Émile Gaboriau. Il a travaillé en tant que feuilletoniste au Petit Journal, comme Émile Gaboriau, a offert ses pierres à l'édifice du roman policier, comme Émile Gaboriau, a même écrit la suite des aventures du personnage phare d'Émile Gaboriau (le Commissaire Lecoq), mais demeure moins connu qu'Émile Gaboriau.

Pourtant, à son époque, ses qualités d'auteur sont reconnues au point que Le Figaro l'engage et qu'il participe à l'essor du journal.

Auteur très prolifique, il écrira de très nombreux romans, sur le tard, dans différents genres dont, notamment, le genre policier.

Avec « Le coup d'œil de Monsieur Piédouche »Fortuné du Boisgobey nous montre, peut-être, la différence de perception que l'on aurait de Sherlock Holmes si, ce dernier, si brillant, intelligent et narcissique qu'il soit, ne trouvait jamais la solution du crime.

Effectivement, pour quelle raison, alors que le fameux détective créé par Conan Doyle est pourvu des pires défauts (narcissique, dédaigneux, drogué, misogyne...), le lecteur demeure très attaché au personnage ? Tout simplement parce que son intelligence supérieure lui permet de trouver toujours la solution.

Mais qu'en serait-il si, malgré son intelligence et toutes ses qualités, Sherlock Holmes se plantait sans cesse lamentablement ? Il serait alors probablement considéré comme Monsieur Piédouche dans le roman de Fortuné du Boisgobey.

Le coup d'œil de Monsieur Piédouche : Monsieur Piédouche se targue d'avoir un fameux coup d'œil, d'être observateur et d'être doué de perspicacité. Alors qu'il se vante de ses qualités auprès de deux jeunes hommes avec lesquels il bavarde en pleine nuit, il décide de démontrer son savoir-faire en affirmant que le charbonnier qui longe le quai de la Seine, sac sur le dos, est un malfrat. Qui en douterait, d'ailleurs, puisqu'on ne peut penser sérieusement qu'un charbonnier assure une livraison à trois heures du matin.

En pourchassant le malfaiteur, le trio le force à abandonner son sac et à disparaitre dans l'eau froide.

C'est en ouvrant le sac que Monsieur Piédouche va faire la découverte effroyable du corps d'une jeune femme sans tête.

À partir de là, Monsieur Piédouche va se lancer corps et âme dans une enquête à la fois tumultueuse et pleine de rebondissements.

Monsieur Piédouche est un vantard, égocentrique, observateur, sûr de lui, orgueilleux, intelligent, réactif, excellent joueur d'échecs, à l'esprit vif et passionné, honnête...

220px-Fortuné_du_BoisgobeyAutant dire que Monsieur Piédouche a toutes les qualités et tous les défauts pour faire un bon enquêteur et, par le fait, être apprécié par ses supérieurs et par les lecteurs... et pourtant, il n'en est rien. Monsieur Piédouche, malgré tout, demeure un personnage que l'on cherche à éviter et qui inspire le rejet... pourquoi ? Parce qu'il ne trouve jamais la solution, mais pas par bêtise, tout simplement par manque de chance ou par mauvaise analyse à partir de bons indices.

Il est clair que l'auteur ne fait rien pour rendre sympathique son personnage. Son nom, tout d'abord, Piédouche, qui désigne un Piédestal servant à porter un buste et qui témoigne de la volonté de l'auteur de mettre en avant le narcissisme de l'enquêteur.

Bien que le policier soit pourvu de diverses qualités, il est évident, de par la perception qu'en ont les autres personnages, qu'il ne sera pas le véritable héros de ce roman.

Et force est de constater que Fortuné du Boisgobey s'évertue à rendre Monsieur Piédouche impopulaire tout en lui conférant de grandes qualités. Et d'ailleurs, l'homme navigue sans cesse entre réflexions intelligentes et déductions fausses. Sa façon d'arriver à ses conclusions, en s'infiltrant insidieusement ou en poussant ses supérieurs à des arrestations hasardeuses finissent définitivement de nuire à l'image de l'enquêteur.

Cependant, si Piédouche est l'enquêteur officieusement officiel ou officiellement officieux de cette enquête, il n'en est pas pour autant, malgré le titre, le personnage principal. D'ailleurs, l'auteur ne détermine pas réellement un personnage principal entre Monsieur Piédouche et Edmond de Chemazé, un jeune homme cherchant à innocenter son meilleur ami et futur beau-frère, chacun tirant la couverture à soi selon les moments de narration.

La narration, c'est là un des points particuliers du roman puisque l'auteur s'infiltre dans la tête des différents personnages et nous propose le cheminement de pensée de chacun. Si, bien entendu, c'est souvent les déductions de Piédouche, qui prennent le dessus, Edmond de Chemazé n'est pas en reste en nous proposant régulièrement ses réflexions.

Au final, « Le coup d'œil de Monsieur Piédouche » est un bon roman policier, souvent haletant, original dans sa façon de mettre un peu en retrait le personnage qui devrait être principal, en le ridiculisant et en proposant une galerie de personnages parfois forts, d'autre fois faibles et, un trio de donzelles insupportable au possible que le lecteur aura envie de baffer durant toute la seconde moitié du roman.