linceulsLéo Malet nous amène dans le second arrondissement à travers ce second roman de la saga « Les Nouveaux Mystères de Paris ».

Des kilomètres de linceuls : La rue des Petits Champs est parmi celles où l'on rencontre les plus jolies femmes de Paris... songeait rêveusement Nestor Burma lorsque entra dans son bureau Esther Lévyberg. Elle venait demander, contre le fantôme de son amant, la protection du détective pour elle et son frère. Son frère qui vendait, rue des Jeûneurs, de la toile au kilomètre. De la toile dont on fait des linceuls... L'action de ce roman se déroule en 1955. Le sentier et ses marchands de tissus ; la rue Saint-Denis et ses « respectueuses », la rue Réaumur et ses imprimeries de presse ; l'étrange passage du Caire, et... tant par strangulation, défenestration, armes blanches ou à feu, quatorze cadavres. Un « Nestor Burma » frénétique. Léo Malet.

Léo Malet revisite les arrondissements de Paris à travers à travers la collection « Les Nouveaux Mystères de Paris ». Deuxième roman de la série, 2ème arrondissement, le compte est bon.

L'avantage des aventures de Nestor Burma c'est que, même quand on ne rentre pas totalement dans l'histoire, même quand on ne suit pas intégralement l'intrigue, il demeure l'ambiance particulière des Burma et la plume savoureuse de Léo Malet.

Pour exemple, je vous livre une métaphore qui a retenu mon attention. C'est simple, bien amené, et c'est efficace :

Elle livra passage à un personnage duquel émanait cette chaleureuse cordialité qui a fait le succès de tant de portes de prisons.

D'aucuns se seraient contenté d'un : « Il était aimable comme une porte de prison », une formulation usée jusqu'à la corde, Léo Malet, lui, nous tourne la phrase à sa manière. C'est tout con, mais moi, ça me ravit.

Pour le reste, l'histoire m'a un peu dépassé, non pas qu'elle soit complexe au possible, mais juste, je n'étais pas dans l'ambiance et j'aurais dû garder cet ouvrage pour un autre jour. Pas de soucis, ce ne sont pas les aventures de Nestor Burma qui manquent.

Au final, une lecture agréable malgré le fait que je n'étais pas bien concentré sur le roman, la preuve d'une belle plume qui retient l'attention du lecteur même le plus retors.