Photo 1

Boxing Clever est un petit jeu de cartes à deux joueurs de Todd Sanders dont le but est de simuler un combat de boxe.

Le jeu est téléchargeable dans une version « Print N Play » sur le site Boardgameseek.com. Pour un confort personnel, j’ai traduit les cartes et les termes.

Le matériel consiste en 48 cartes de jeu plus 4 cartons de joueurs.

Sur chaque carton, un boxeur avec des compétences spécifiques : Direct/ Esquive/ Frappe/ Contre. Le total de ces compétences donne le chiffre 20, le nombre de cartes que chaque joueur recevra (autant de cartes de chaque compétence que le chiffre inscrit sur les cartons).

Sur le carton, la piste d’endurance allant de 10 (au départ du combat) jusqu’à 0 (le joueur qui atteint ce score perd le combat).

Les joueurs reçoivent donc 20 cartes puis une carte au hasard du tas de cartes restant.

Chacun des deux joueurs positionne, faces cachées, 10 cartes qu’il a sélectionnées en fonction de sa tactique, des cartes qu’il pense que l’autre joueur va positionner.

Puis, chaque joueur met de côté une onzième carte et laisse les 10 autres pour un second tour.

Le combat peut alors commencer. Chaque joueur retourne sa première carte. Sur les cartes, plusieurs indications possibles. En bas, un chiffre rouge indique les points d’attaque (parfois, deux chiffres accolés, un pour une frappe du droit, l’autre pour le gauche. Il faut alors comptabiliser le chiffre correspondant au bras dominant du joueur indiqué sur son carton). Un chiffre bleu de défense. Sur les cartes « Direct », en bas à droite, un autre chiffre rouge d’attaque.

Si deux joueurs esquivent en même temps, aucun ne perd d’endurance. Si les deux joueurs contrent en même temps, idem.

Pour savoir qui perd la joute, il suffit de faire la différence entre le chiffre d’attaque le plus haut et celui le plus bas (en cas où les deux joueurs auraient été offensifs) ou bien entre le chiffre d’attaque et celui de défense. On fait la différence et celle-ci représente le nombre d’endurances qu’il perd. Si un joueur a posé une carte « Direct », le chiffre en bas à droite sera ajouté à l’attaque suivante du joueur si celui-ci a placé une « Frappe ». Autant dire qu’il vaut mieux frapper juste après un direct pour profiter de cet avantage.

Une fois les 10 premières cartes jouées, si aucun des joueurs n’a encore perdu alors, chacun retourne sa 11e carte et augmente son endurance du chiffre indiqué en haut à droite de la carte. Ce sera le seul moment où un boxeur peut récupérer de l’endurance.

Le deuxième round peut alors se dérouler avec la seconde série de cartes.

En cas d’égalité, à la fin du second round, un troisième peut avoir lieu. Chaque joueur sélectionne 10 cartes dans son lot de 21 cartes et c’est reparti. Si à la fin de ce round, les boxeurs ne se sont pas départagés, il y a alors match nul.

Voilà, un petit jeu facile à faire, facile à expliquer, facile à mettre en place, mais, également, facile à ranger dans un coin. En clair, ce n’est pas un jeu addictif ni un jeu ultra passionnant, mais, pour jouer une fois de temps en temps et passer quelques minutes, il remplit son job.