CouvA05

Je poursuis ma découverte des aventures d’Edward Warency, un gentleman cambrioleur surnommé L’Ange, du fait qu’il a une bouille d’Ange.

Pour rappel, ce personnage apparaît pour la première fois en 1946 dans la collection de fascicules de 32 pages « Mon Roman Policier » des éditions Ferenczi.

Parmi les plus de 500 titres de cette collection signés de différents auteurs, Louis-Roger Pelloussat utilisera le pseudonyme de Paul Tossel pour parapher les 23 aventures de L’Ange qui s’étaleront jusqu’en 1957.

Louis Roger Pelloussat (1911 - 1980) est un auteur qui destina l’entièreté de sa production pour les collections aventures ou policières des éditions Ferenczi, qu’il signa de son nom ou de deux pseudonymes, Gabriel Gay, mais, surtout, Paul Tossel.

Quant à son héros, Edward Warency, alias L’Ange, il est indéniablement inspiré d’Arsène Lupin, mais a la particularité de ne voler que des voleurs et de rendre les biens récupérés à leurs propriétaires en ne se contentant que des primes versées…

« La corolle de feu » est la 5e aventure de L’Ange.

LA COROLLE DE FEU

À peine revenu d’une mission en Inde, le professeur Tumbs est retrouvé mort, échoué sur une plage.

Bientôt, le canot à bord duquel il était monté avec un détective chargé de sa protection est repéré. Il traîne le corps du privé, tué dans les mêmes conditions.

L’inspecteur Hartling ne tarde pas à débarquer dans la ville proche du drame pour mener son enquête. L’aubergiste de l’établissement où il est descendu le prévient alors qu’un certain M. Harvey qui fréquentait Tumbs l’invite à passer le voir.

Arrivé chez M. Harvey, l’inspecteur Hartling rencontre, en fait, Edward Warency…

Mais que vient faire « L’Ange » dans cette histoire ?...

Un corps est retrouvé sur la plage par des pêcheurs. Le défunt semble avoir été assassiné. Bientôt, la barque dans laquelle celui-ci s’était embarqué en compagnie d’un autre homme est retrouvée dérivant et traînant le corps du second passager.

Les victimes sont identifiées comme étant le professeur Tumbs et un détective chargé de sa protection, Tumbs ayant rendu des services à la Patrie lors d’une mission en Inde.

Bientôt, l’inspecteur Hartling est envoyé sur place pour mener son enquête, mais, à peine débarqué dans l’auberge, l’aubergiste le prévient qu’un M. Harvey lui demande de passer chez lui.

Chez Harvey, l’inspecteur rencontre, en fait, Edward Warency qui fréquentait Tumbs pour d’obscures raisons. Celui-ci lui promet de lui amener la femme du détective privé qui a mystérieusement disparu après la mort de son mari…

Bon, Paul Tossel nous livre ici un petit récit mêlant à la fois un aspect policier, de l’aventure, de l’exotisme, de l’espionnage et un peu d’action.

Il n’est pas rare que dans l’immédiat après-guerre les auteurs plongent leurs plumes dans le genre espionnage et les personnages de voleurs sont souvent sujet à rendre des services à leur Patrie, notamment pour mettre la main sur des documents secrets.

C’est donc la seconde fois que L’Ange œuvre dans ce domaine sur ses 5 premières aventures.

Rien de nouveau, donc, ici aussi, dans les sujets abordés ni dans le style ou dans les personnages.

Par contre, Paul Tossel dose bien ses ingrédients et, surtout, sa plume alerte permet de rendre l’ensemble agréable à lire.

On notera toujours la présence de Diana Deel, la partenaire de L’Ange, qui, décidément, s’avère être une femme forte et utile (même si elle apparaît tardivement dans cet épisode) bien loin du rôle de potiche ou de femme vénéneuse auxquelles les personnages féminins sont trop souvent cantonnés dans ce genre de littérature.

Enfin, on s’apercevra de la rapidité d’écriture, de relecture et d’édition du récit de l’époque par le fait que l’inspecteur Hartling, qui, d’ordinaire, se prénomme Kenneth, a ici pour prénom Ralph.

Au final, un épisode aussi plaisant que les précédents à défaut d’être original.