18 mars 2018

Thérèse Arnaud

Pierre Yrondy est un auteur assez énigmatique dont on ne connaît pas réellement l’identité et la carrière si ce n’est qu’il fût journaliste et auteur de pièces de théâtre. Pierre Yrondy, en tant qu’auteur, est principalement connu pour deux séries fasciculaires : Marius Pégomas et Thérèse Arnaud. Marius Pégomas, dont j’ai déjà parlé et dont les premiers épisodes ont été réédités chez OXYMORON Éditions. Thérèse Arnaud, dont je vais vous parler à présent. Thérèse Arnaud est une jeune... [Lire la suite]

18 mars 2018

Maigret se trompe

Georges Simenon est un auteur culte pour bon nombre de lecteurs en général et de lecteurs de romans policiers, en particulier. Si je parle d’une façon aussi générale, vous aurez d’ores et déjà compris que je ne suis pas si fan que cela de l’auteur ni du personnage. Le personnage, d’abord, je ne l’ai connu, pendant des années, qu’à travers les adaptations cinématographiques ou télévisuelles des romans de l’auteur. Que ce soit Jean Richard ou, plus tard, Bruno Cremer, il faut avouer que le personnage me lassait très... [Lire la suite]
11 mars 2018

M'as-tu vu en cadavre ?

Léo Malet, faut-il le rappeler, savait manier la plume. Oui, malheureusement, il faut le rappeler puisque, à la lecture des polars actuels force est de constater que ce n’est pas le cas de tout un chacun. Et c’est en partie pour cette raison que je me replonge régulièrement dans les écrits d’hier, afin de trouver une qualité qui n’est plus mise en avant de nos jours. Volonté de l’écrivain ou de son éditeur ? Mode dans l’air du temps ? Crainte de se priver d’un lectorat basique ? Mimétisme avec les auteurs à... [Lire la suite]
11 mars 2018

Le signe sanglant

Maurice Boué est un auteur dont je vous ai déjà parlé pour son personnage du Détective Lautrec. Pourtant, je vais revenir sur le sujet. Pourquoi ? Parce que la littérature populaire est un monde nébuleux dans lequel il est parfois difficile de se retrouver. Le Détective Lautrec, je l’ai découvert dans la Feuille Populaire de Bruxelles, un journal belge qui diffusait des textes d’auteurs belges. Parmi ces plumes : René Joison, E. Dumas, Eloi Cleri, C. Duval, Émile Soulié... des noms pas très... [Lire la suite]
11 mars 2018

1 + 1 = 3

« 1 + 1 = 3 »... Non, je ne vais pas disserter sur une déclaration de Jean-Claude Van Damme mais sur un titre de Maurice Boué, un court roman dans lequel apparaît le personnage du Détective Lautrec dont je vous ai déjà parlé. Maurice Boué... Je vous invite à relire ma chronique sur « Le signe sanglant », du même Maurice Boué, avec le même détective Lautrec, pour mieux cerner la question. D’une série qui devait compter trois titres (dans la première réédition), nous aboutissons donc à une série... [Lire la suite]
07 mars 2018

Oh ! Ce court !

Depuis quelques années, du fait du succès de certaines sagas littéraires et de romans à succès, les lecteurs ne sont plus habitués aux formats courts de la littérature. Pour certains lecteurs, et même, auteurs en devenir, en dessous de 600 pages, un roman n’est pas un roman. Un livre se doit d’être un pavé ou de ne pas être. Sans parler forcément de nouvelles, ce qui est un genre que je différencie totalement du roman court, voire, très court, de par son style, sa narration, son but et son final, les gens boudent souvent les... [Lire la suite]
Posté par seppuku à 12:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

04 mars 2018

Le manoir de la peur

Henry de Golen est un auteur de la littérature populaire dont je vous ai déjà parlé brièvement dans les chroniques sur « L’épouvante » et sur un précédent titre concernant un personnage récurrent de l’auteur : l’inspecteur Poncet. Dans « Jacopo le forçat », le précédent opus, j’étais dubitatif quant au style de l’auteur et le charisme du personnage. Dans « Le manoir de la peur », Henry de Golen revient à un style et un personnage un peu plus classique et, surtout, un policier qui se met enfin à... [Lire la suite]
04 mars 2018

Jacopo le forçat

Henri de Golen est un auteur dont je vous ai déjà parlé pour l’excellent court roman « L’épouvante ». Henri de Golen nous revient, si l’on peut dire, étant donné que le roman date du début du XXe siècle, dans le genre plus classique du roman policier avec un personnage qu’il a utilisé plusieurs fois : l’inspecteur Poncet. L’inspecteur Poncet est un jeune policier de Paris, marié. Jacopo le forçat : Un homme est retrouvé assassiné dans un wagon du train Paris/Vic-sur-Cère. Le vol n’est, semble-t-il,... [Lire la suite]
04 mars 2018

L'assassin habite au 21

Stanislas-André Steeman est un auteur belge auquel Georges Simenon a fait énormément d’ombre et dont j’ai déjà parlé pour la collection littéraire « Le Jury » qu’il développa pour les éditions Beirnaerdt. « L’assassin habite au 21 » était, pour moi, jusque là, un vague souvenir d’un vieux film d’Henri-Georges Clouzot (1942). Dans ce lointain souvenir, le film se déroulait en France ou en Belgique, du moins, dans un pays francophone. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise de constater que le roman... [Lire la suite]
25 février 2018

La mort de Marc Bigle

Gustave Gailhard nous livre une ultime aventure de son « gentleman cambrioleur » Marc Bigle. Avec le titre de ce roman, on pourrait se douter du final de l’histoire, mais les précédents titres nous ont appris que le héros a plusieurs vies... et plusieurs morts... La mort de Marc Bigle : Marc Bigle alias le baron Sernine, las de sa vie calme passée, désormais, auprès de sa bien-aimée, a fini par se reconvertir dans les affaires et devenir un banquier « honnête » qui commence à faire du tort à... [Lire la suite]